ALIGNEMENT DES MONNAIES DES ETATS
MEMBRES DE LA CEDEAO DANS LE CADRE DU PASSAGE A LA MONNAIE UNIQUE DE LA COMMUNAUTE

PREAMBULE
Le Centre Ouest Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) est une structure de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) chargée des activités de renforcement des capacités et de la recherche économique et financière. Depuis novembre 2019, les plus hautes Autorités de la Banque ont décidé de transformer ce Centre régional en élargissant ses missions autour de trois (3) Directions, à savoir, la Direction en charge des Enseignements et des Programmes de Formation, la Direction de la Recherche et des Partenariats et celle chargée des Affaires Administratives et de la Communication, placées sous la responsabilité d’un Directeur Général.
La vision des Autorités de la BCEAO, à travers cette transformation institutionnelle, est notamment de faire du COFEB un centre d’excellence de dimension internationale, dans le domaine de la formation et de la recherche. Comme toutes les banques centrales, la BCEAO doit jouer un rôle de premier plan dans le processus de génération et de dissémination de la connaissance envers le grand public et les décideurs politiques. Cela contribue au processus de transparence recommandé par les standards internationaux. En outre, en tant que Conseiller économique et financier des Etats, elle se doit d’informer et de sensibiliser les Autorités nationales sur les nouveaux enjeux dans ce domaine.
Dans ce cadre, plusieurs études techniques, reposant sur des méthodes quantitatives, sont publiées chaque année sur des thèmes présentant un intérêt pour les économies de notre Zone. Pour disséminer et vulgariser les principaux messages et les enseignements de ces études techniques, nous avons jugé utile de créer une nouvelle publication dénommée « Les ABrégés du COFEB ».
Dans cette série, les résultats des travaux de recherche sont synthétisés et traduits dans un langage accessible à tous.
Au total, « Les ABrégés du COFEB » entendent contribuer à valoriser les résultats des études et
recherches effectuées au sein de la BCEAO, en vue de toucher le plus large public possible et
d’éclairer les décideurs politiques sur certaines questions économiques et financières.
Ousmane SAMBA MAMADOU,
Directeur Général du COFEB


A PROPOS DU THEME DE L’ETUDE
Ce quatrième numéro de la série « Les ABrégés du COFEB » porte sur le thème « Alignement des
monnaies des Etats membres de la CEDEAO dans le cadre du passage à la monnaie unique de la Communauté ». Il découle du Document d’Etude et de Recherche (DER) n° COFEB/DER/2020/04, réalisé par Gbêmèho Mathieu TRINNOU, en décembre 2020.
Cet opuscule aborde un sujet particulièrement d’actualité et de haute portée pour la CEDEAO. En effet, l’ambition de création d’une monnaie unique de la CEDEAO, forte de quinze (15) Etats membres, constitue une étape importante de renforcement de l’intégration économique et monétaire ouest-africaine. Pour autant, la mise en place d’une telle monnaie implique des pré-requis nécessaires, parmi lesquels l’alignement des monnaies nationales constitue un aspect important. En effet, ce volet majeur du processus a des effets bénéfiques pour l’intégration économique et financière, en l’occurrence la facilitation des transactions commerciales et financières, par l’élimination, notamment, du risque de change et de l’incertitude. En outre, l’alignement des monnaies, en éliminant les fluctuations des taux de change bilatéraux, prépare les pays candidats à l’union monétaire à l’abandon des taux de change comme instruments de politique économique.
En référence aux études menées çà et là et à l’expérience de la zone euro sur ce sujet, l’alignement des monnaies implique le bon fonctionnement des marchés officiels des changes et la convergence (le rapprochement) des taux de change bilatéraux vers leurs niveaux de référence respectifs.
Sur cette base, l’étude décrit et analyse le fonctionnement des marchés officiels des changes dans la CEDEAO et procède à un examen empirique des facteurs macroéconomiques susceptibles de favoriser la convergence des taux de change bilatéraux entre les monnaies de la CEDEAO.
De ces analyses, il ressort que l’alignement des monnaies nationales dans le processus de création de la zone monétaire unique de la CEDEAO nécessiterait la levée de certaines contraintes institutionnelles et opérationnelles freinant le fonctionnement efficient des marchés officiels des changes, conjuguée à une bonne maîtrise des variables de convergence macroéconomique, notamment l’inflation et le déficit budgétaire ainsi qu’à la réduction de l’importance des marchés parallèles des changes dans l’espace communautaire


Ndèye Amy NGOM SECK,
Directeur de la Recherche et des Partenariats

Whatsapp
Whatsapp